Allemagne: Résultats mitigés

Angela Merkel a été réélue hier soir pour un quatrième mandat, devançant le SPD porté par Martin Schultz et l’extrême droite, de l’AFD. Les 61.5 millions d’allemands appelés aux urnes ont réitéré leur confiance à la chancelière et fait émerger une assemblée très diversifiée.

Elections en Allemagne
©toideurope

Résultats: Victoire timide du CDU

L’Union chrétienne-démocrate d’Angela Merkel arrache la victoire avec 32.8% des voix. Ce résultat bien que très honorable, ne permettra pas à l’actuelle chancelière de pouvoir gouverner sans former une coalition. “Un cauchemar pour Merkel” titre Bild, le journal le plus lu en Allemagne. Sa victoire a néanmoins été rapidement célébré par plusieurs dirigeants, notamment le président français Emmanuel Macron qui voit dans ces résultats, l’opportunité de “continuer leur coopération essentielle pour l’Europe”.

 

Inquiétante percée de l’extrême droite

Outre la victoire de la chancelière, les résultats du AFD sont à souligner. Depuis la fin de la seconde Guerre Mondiale, aucun parti d’extrême droit n’avait siégé au Bundestag. Toutefois dimanche, en atteignant 13.5% des voix le parti mené par Alice Weidel devrait compter entre 86 et 89 députés. Ce parti anti-islam, anti-euro et anti-élite n’a cessé d’adopter un position de plus en plus dure dans les débats durant la campagne.

Mais ces résultats ne traduisent pas une réelle surprise mais déçoivent. “Que l’AFD arrive en 3ème position ne me surprend pas, nous explique un jeune allemand. Il y a des gens déçus par la situation. Mais voter AFD, ce n’est pas la solution. Ça me rend triste que nous n’ayons pas appris du passé, de notre histoire”.

 

Nouvelle coalition en allemagne

Plusieurs soutiens de Martin Schultz ont commencé à faire le bilan de cet échec électoral. Parmi les arguments avancés se trouve la difficulté pour le candidat à attaquer l’actuelle chancelière sur ses politiques. Le SPD fait partie de la coalition et a donc aidé l’actuel gouvernement à mettre en place les réformes de ces dernières années. Le SPD a d’ors et déjà fait savoir, qu’il souhaitait appartenir désormais à l’opposition pour les quatre prochaines années, et ainsi ne pas commettre une seconde fois, la même erreur.

 

La question est désormais de savoir si Angela Merkel et le CDU réussiront à unir les Verts et les libéraux du FDP à former un nouveau gouvernement de coalition. Les négociations devraient durer jusqu’à la fin de l’année, afin de pouvoir s’accorder sur de nombreux points de discordes tels que l’immigration ou l’environnement.  

 


Source : AFP

 

Autres articles sur l’Allemagne: ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *