Madeleina Kay, l’anglaise qui défie le Brexit

Alors que les négociations sur le Brexit continuent, des initiatives à basses échelles s’effectuent par des citoyens anglais souhaitant rester dans l’Union Européenne. Madeleina Kay s’est lancée depuis juin 2016 dans le projet Letters to Europe (lettres à l’Europe). L’initiative cherche à montrer aux autres européens que les anglais ont été dupés par la campagne pro-Brexit et qu’ils souhaitent rester dans l’union.

 

La « Super-girl » Madeleina Kay accompagnée de son chien Alba.

1000 lettres. 1000 messages de solidarité, d’amour, de marques d’attachements envers l’Europe. Ces écrits ont été récoltés et envoyés à Bruxelles par l’équipe de Madeleina kay. Cette jeune femme originaire du nord du Royaume-Uni a lancé et réalisé ce projet avec une équipe restreinte: Drew Galdron, Boris Johnson et Charlie Grosvenor et sans oublier son chien, Alba. « J’étais préoccupée par le message que le Brexit envoyait à nos amis en Europe. Beaucoup de citoyens européens se sentent rejetés par le vote« , explique-t’elle.

Madeleina kay cherche donc à montrer l’attachement du royaume-uni à l’Union Européenne en rencontrant d’autres citoyens. Ces derniers sont principalement réceptifs et changent même de perception sur leurs voisins anglais. Un citoyen européen lui a même envoyé un message pour lui expliquer que grâce à sa démarche, il avait bien changé sa conception sur les anglais, pensant avant qu’ils n’étaient que de simples nationalistes et partisans du Brexit. « Le projet a définitivement influencé le point de vue de nombreux Européens sur le Brexit au niveau individuel » se félicite-t-elle. Madeleina Kay a déjà rencontré des personnalités issues d’institutions européennes tel que l’ancien premier ministre belge, Guy Verhofstadt. La mission semble alors bien débuter.

Une propagande anti-UE

« Le peuple britannique, par ignorance et manque d’éducation, a été efficacement escroqué pour voter le Brexit qui causera finalement plus de tort aux personnes déjà discriminées par le gouvernement. Bien sûr, il y a des problèmes avec l’UE, mais les avantages l’emportent largement sur les aspects négatifs« , explique la jeune anglaise. Sa démarche est donc de montrer aux yeux des autres citoyens européens que leurs voisins anglais auraient été trompés par les autorités du pays. Elle y travaille avec sa campagne #stopBrexit.

Les jeunes anglais interrogés lors de la visite de Toi d’Europe au Royaume-Uni dénonçaient également les méthodes de la campagne pro-Brexit. Ils auraient influencer le vote en partageant des informations mensongères vis-à-vis de l’UE: l’arrêt de l’immigration, les économies importantes en sortant de l’UE, la souveraineté du pays. Le bus rouge du Leave reste l’un des exemples majeurs. Il circulait dans le pays en dénonçant que le royaume donnait 350 millions de Livre Sterling par semaine à l’UE. Et ainsi, ses moyens financiers auraient pu être mieux utilisés notamment en servant à la National Health Service (NHS), la sécurité sociale anglaise. C’est un réel mensonge. À travers ce combat pour éclairer les scandals du Brexit, Madeleina Kay souhaite également « donner une voix aux militants de Remain en Grande Bretagne, pour dire à nos amis européens que nous faisons tout notre possible pour combattre le Brexit et même si nous ne pouvons pas l’arrêter, nous voulons rester amis« .

Ses revendications en chanson

La jeune anglaise reste très active sur les réseaux sociaux. Elle transmet son message à travers son compte Twitter suivi par des milliers de personnes. Sa page Youtube dispose d’un franc-succès également avec ses vidéos vues plus de 23 000 fois. Elle y chante des chansons, réalise des interviews ou filme ses rencontres avec d’autres individus anti-brexit. Les internautes félicitent son travail avec de nombreux messages de soutiens: « continues de te battre, nous voulons que la Grande-Bretagne revienne dans l’UE« , « super travail, nous voulons que vous restiez avec nous dans l’UE« …

Juste avant les fêtes de fin d’année Madeleina Kay a notamment réalisé une vidéo en français. Elle y chante ses souhaits pour noël et pour cette prochaine année. Pas de cadeaux sous le sapin, comme elle dit « tout ce que je veux, c’est l’UE« .

 

La jeune anglaise ne compte pas s’arrêter. Cette nouvelle année va lui permettre de continuer son combat anti-brexit. Elle souhaite que son message se propage davantage à travers les différents pays de l’Union Européenne afin de sensibiliser sur cette partie du Royaume-Uni qui dit non. »Je suis déterminée à passer l’année à faire campagne pour mettre fin à la folie qui se passe dans notre pays ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *