Erasmus perd son père

L’un des fondateurs du programme Erasmus s’est éteint ce lundi, à l’âge 68 ans. L’espagnol, Manuel Marín souffrait d’un cancer. Partout en Europe, des hommages ont été rendus à cette figure de l’éducation et du partage européen. 

Cinq millions de personnes ont pu bénéficier du programme Erasmus depuis son lancement. ©CVCE

« Très triste de la mort de mon ami Manuel Marín, ancien conservateur espagnol et père du programme Erasmus. Une référence de la vocation européenne de l’Espagne » a réagit sur Twitter le président de la Commission Européenne, Jean-Claude Junker. Les réactions se sont fait vives à travers l’Europe et toute l’Espagne pour rendre hommage à l’un des pères d’Erasmus. Le premier ministre espagnol, Mariano Rajoy a souligné « le départ d’un grand homme dévoué au service loyal de l’Espagne et de l’Europe« . Du côté de son étiquette politique, le secrétaire général du PSOE affirme un jour triste pour les socialistes tout en rendant hommage à cet « homme de grande stature politique et humaine ».

L’euro-espagnol

Manuel Marín devient de 1986 à 1999, vice-président de la Communauté européenne. Il dirige alors la Commission aux affaires sociales, à l’emploi, à l’éducation et à la formation sous Jacques Delors. En janvier 1986, le représentant espagnol s’occupe du dossier Erasmus. Il comprend qu’une suppression de bourses du programme est envisageable. Opposé cette idée, il demande l’appuie des deux grands de l’UE à l’époque: l’Allemagne et la France. « Erasmus doit se retourner dans sa tombe en apprenant que l’Europe était prête à dépenser une fortune pour ses vaches et rien pour ses étudiants » avait-il dénoncé lors de sa conférence de presse en janvier 1986. Le Commission Delors semblait comprendre qu’il fallait une union économique mais également citoyenne. Le programme Erasmus se lance le 15 juin 1987. À  savoir que l’Espagne est la nation qui reçoit et envoie le plus d’Erasmus, parmi les pays de l’UE.

Manuel Marín joue un rôle considérable dans l’adhésion de l’Espagne à la Communauté Européenne en 1986. Pendant cinq mois, il demeure par interim président de la Commission Européenne. Il reste le seul espagnol a avoir présidé dans une instance de l’UE.

Sa carrière nationale

Manuel Marín a réalisé des études de droit, en Espagne. Il choisit ensuite de se spécialiser en droit européen à l’Université de Nancy et au Collège d’Europe de Bruges. Les étudiants de l’Université Carlos III reçoivent son enseignement après son passage européenne. Il enseigne alors sur des sujets européens, mondiaux et sur les droits de l’homme.

Dans son pays, il occupe également des fonctions importantes. En amont de sa carrière européenne, il  est élu avec le PSOE aux élections législatives. En décembre 1982, il devient secrétaire d’État aux Relations avec les communautés européennes et joue un rôle majeur dans l’adhésion de la nation à l’UE. Manuel Marín devient en 2000, le président de PSOE socialiste et du congrès dans la province de Ciudad Realen, au sud de Madrid.

L’un de ses derniers combats, autre que celui de la maladie reste la lutte contre le réchauffement  climatique. Il arrête sa carrière politique en 2008, pour se lancer dans ce nouveau combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *