Jeux méditerranéens – un tremplin pour les espoirs européens

Du 22 juin au 1er juillet se déroulaient les Jeux Méditerranéens, à Tarragone. Parmi les neufs équipes européennes en lice, chacune a rapporté avec soi une médaille dans ses valises. La rencontre a permis aux nouveaux petits génies du sport européen de se préparer avant les Jeux de Tokyo, dans deux ans. Portraits croisés de quatre jeunes espoirs.

Logo des Jeux Méditerranéens de Tarragone.

 

« J’étais vraiment fière de porter les couleurs de mon pays, c’était la première fois que je participais à cette compétition » explique la jeune cycliste italienne, Erica Magnaldi. Elle a obtenu le bronze et a partagé le podium avec sa compatriote en or, Elisa Longo Borghini. « Si je devais garder deux souvenirs des Jeux, le premier serait mon attaque dans la montée avec le fait de réussir à rester avec Elisa Longo Borghini et Ana Santesteban. Le second serait la cérémonie après la course, écouter notre hymne national sur le podium, cela a été très touchant« , ajoute la jeune italienne.

Les symboles nationaux marquent beaucoup. Mohamad Maso, syrien de 25 ans et réfugié à Hanovre (Allemagne) a participé à la toute nouvelle compétition ouverte au triathlon. Lui-aussi a été ému lors de la cérémonie d’ouverture, l’hymne et le drapeau national. « C’était un grand moment » ajoute t-il. La compétition internationale rassemble 26 nations dans 33 disciplines sportives. Pour beaucoup, les Jeux méditerranéens sont donc une première, tel que pour le jeune espagnol Juan Cruz, amateur du ballon rond, au sein de l’équipe de Malaga.  « Je pratique le football depuis que j’ai huit ans, j’étais vraiment heureux de pouvoir participer à la compétition et de m’exercer au plus haut niveau« , sourit-il, du haut de ses dix-huit ans. Avec l’équipe espagnole, il est reparti avec l’or au bout d’une finale gagnée contre Italie, trois buts à deux.

Du rêve européen au rêve olympique

La compétition sportive est organisée par le mouvement olympique, avec la reconnaissance du Comité olympique international (COI). La rencontre a donc servi à asseoir des perspectives olympiennes. La jeune meneuse de l’équipe de France du basket 3×3, Caroline Hériaud nous livre à son tour ses impressions. « Pour moi, c’est une superbe opportunité de pouvoir se confronter aux meilleurs sportifs, du même âge, tout en ayant un aperçu de ce que peuvent être des Jeux olympiques« . « Et puis, c’est une grande fierté de pouvoir jouer pour une équipe européenne« , sourit-elle. Dans cette nouvelle discipline olympique, elle a terminé en or avec ses coéquipières, battant les Espagnoles à domicile. C’est un doublé français puisque l’équipe masculine s’est également imposée face à l’Italie, première nation de ces jeux en termes de médailles.

À la suite de cette rencontre, de nombreuses compétitions s’offrent à ces quatre sportifs avant les prochains Jeux olympiques de Tokyo, en 2020. L’espagnol Juan Cruz cherche à rejoindre l’équipe B du club de Malaga. Erica Magnalia, la cycliste italienne, souhaite courir encore cette année, elle a fini 13ème au classement général du Giro Rosa, la semaine dernière. La Française Caroline Hériaud espère garder sa place de n°1 mondiale du ranking 3×3, avec la participation à de nombreux événements à travers l’année. Quant à Mohamad Maso, le triathlète reste river sur son objectif principal, les JO de 2020, en représentant la Syrie. Des épreuves européennes de différentes envergures avec différents rêves.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *